dimanche 23 juin 2013

Vis ma vie d'agent d'escale

Quand on me demande ce que je fais dans la vie et que je réponds que je suis agent d’escale à l’aéroport, j’ai toujours droit à la même réflexion : « ah tu es la fille qui prend les bagages enfait ! » Alors oui et non… 
Oui, je suis la pauvre fille qui est assise derrière son guichet depuis 5 heures du matin à enchaîner les « bonjour, passeport s’il vous plait » et oui,  effectivement j’enregistre les bagages des passagers, mais pas que ! 
C’est vrai qu’avec le check-in sur internet et sur les bornes libre-service maintenant, s’enregistrer sur un vol peut paraître le truc le plus simple du monde et c’est vrai que la plupart du temps, il me faut 1 minute montre en main pour enregistrer un pax et son bagage mais ça ne veut pas dire que moi et mes collègues soyons des débiles mentaux hein. Car si c’était si simple, pourquoi est-ce-que la moitié des passagers nous demandent « j’ai essayé de m’enregistrer sur internet mais ça n’a pas marché » (est ce que tu as pensé à cliquer sur « valider » ton check-in gogole ?!) 
Bref, on « prend » les bagages oui, ce qui signifie qu’on vérifie si on peut l’enregistrer jusqu’à destination finale selon les procédures de la compagnie et le pays de transit (et non, quand on dit "le bagage est enregistré directement jusqu’à votre destination finale", ça ne veut pas dire que votre petite valise va prendre un autre avion rien que pour elle qui sera plus direct que le votre !!), mais ce n'est pas que ça. 
On doit savoir parler anglais et français correctement et être capable de déchiffrer les questions approximatives des gens qui ne parlent que chinois ou russe par exemple. On doit vérifier  si tel passager a besoin d’un visa pour aller dans tel pays, si le passeport est encore valable, si le nom est correctement écrit dans la réservation et ce genre de petits détails qui peuvent se transformer en gros problème pour le passager, la compagnie, et nous-même en cas d’erreur. On doit pouvoir régler les problèmes d’ESTA, de bagages trop lourds, d’objets improbables (sérieux, on le met où le tag bagage sur un parapluie ???!!!) etc. 
Et puis comme Dieu merci, on ne passe pas réellement nos journées derrière nos fameux guichets, il y a aussi l’embarquement! Alors pour les gens, embarquer dans un avion c’est comme prendre le bus, il est là donc on monte dedans, c’est la fête ! Des fois il y a des petits malins qui sont même prêts à embarquer dans des avions invisibles, ça donne à peu près ça (et ça arrive tous les jours) : le gars me tend sa carte d’embarquement sans rien dire alors que je suis tranquillement concentrée sur mes petites occupations, je réponds « je peux vous aider ? », « oui c’est pour le vol XXXXX » … « monsieur vous voyez un avion là ? non ? alors on va attendre qu’il arrive pour embarquer » … Donc non hein, que ce soit clair, un avion n’est pas un bus, ça ne se retarde pas pour les beaux yeux d’un mec qui ne sait pas lire l’heure, ça ne peut pas décoller par n’importe quelle condition météo, ça doit avoir une autorisation des tours de contrôle pour partir, ça ne s’ouvre plus une fois les portes fermées, ça ne peut pas partir sans un certain nombre de membres d’équipages à bord et je passe tous les trucs techniques dont je ne connais absolument rien, et surtout ; si vous avez achetez un billet pour Londres avec une compagnie, vous ne pouvez pas prendre un vol d’une autre compagnie à la dernière minute sous prétexte qu’il va aussi à Londres mais plus tôt ! 
Bon, c’est vrai, dans un futur proche, comme pour le check-in, les passagers pourront bientôt se débrouiller tout seul pour embarquer, ça ne veut pas dire que c’est si simple que ça. Gérer l’embarquement d’un vol ça veut dire savoir gérer le temps, soit boarder un maximum de passagers en un minimum de temps, en prenant en compte les spécificités du vol et petites surprises (du genre la carte d’ embarquement de Mr X  au siège 12A est refusée par la machine, après vérification du  dossier, il s’avère que l’agent de voyage de Mr X vient de l’annuler du vol sans prévenir personne et sans justifier la raison, sachant que désormais, un autre passager est assis à sa place au siège 12A >> si tu es agent de voyage et que tu me lis, surtout les agents de voyage d'affaire, p***** arrête de faire ça!!!!).
Bref, tout ça c’est un aperçu de mon métier super fun. Mais c’est pas vraiment pour ça que j’écris cet article, c’est plutôt pour les c******* qui me prennent pour leur punchingball ball toute la journée. 
Donc une bonne fois pour toute :
  • C’est un bagage de 23kg par personne, je ne vais pas te faire le deuxième gratos parce que tu me fais un sourire.
  • Non, je n’y suis pour rien si ton bagage n’est pas arrivé la dernière fois et je ne peux rien faire de plus pour être sure qu’il arrive cette fois, moi je te mets le tag, une fois la valise partie, son parcours ne dépend plus de moi.
  • Le vol est fermé, l’avion est parti, ou une éruption volcanique empêche tout avion de voler ? Tu peux crier, m’insulter, te rouler par terre, croire tout ce que tu veux, que tu t’appelles Madonna ou Mr Tout le Monde, quand on dit non, c’est non, tes parents ne t’ont rien appris ??!
  • Oui, la ligne prioritaire n’est que pour les passagers business et Gold et non, ça n’a rien d’injuste, ils rapportent de l’argent à la compagnie, donc elle le leur rend en payant une taxe à l’aéroport pour ce service prioritaire.  Et non, si tu es Business ou Gold justement, ça ne te donne pas pour autant tous les droits, tu fais caca comme tout le monde que je sache ?!!
  • Non, le passeport biométrique ne t’autorise en aucun cas à voyager aux Etats-Unis sans ESTA, ceux sont deux choses totalement différentes. Pour les US il y a 5 solutions : le passeport américain, la green card, le visa, l’ESTA ou …rester en France !
  • Non, je n’ai pas inventé les procédures de la compagnie, je suis obligée de les respecter, tu peux essayer ce que tu veux, si elles sont là c’est pour une raison et je ne vais pas risquer ma place pour céder à ton caprice. Et non, tu ne sais pas mieux que moi, merci...
  • Quand on vous dit bonjour, la moindre des choses est de répondre, peu importe dans quelle langue, c’est le minimum. Et tant que j’y suis à parler de politesse, je suis une personne donc si tu es au téléphone, tu pourrais au moins t’excuser, ou mieux, interrompre ta conversation le temps que dure ton check-in !
  • Et pour la dernière fois : non, je ne pars pas dans l’avion avec toi !!!!

Et oui, Dieu merci, il y a aussi des passagers adorables, ceux qui nous font des cadeaux (on ne s’emballe pas : c’est rare !), ceux qui font des compliments, ceux qui rigolent avec nous, ceux qui ont conscience qu’on n’y est pour rien si l’avion est en retard/le bagage est trop lourd/il n’y a plus de siège fenêtre etc. , et ceux qui le remarquent quand on s’est démené pour régler un problème sur leur dossier.


La suite au prochain épisode :)

3 commentaires:

  1. Muahahah finalement à quelques détails techniques près, le vis ma vis d'agent d'escale est assez similaire au vis ma vis de conseiller en séjour d'office de tourisme !!! :p

    RépondreSupprimer
  2. Haha oui si on veut..j'ai quand même souvenir que les gens à l'OT étaient plus cools

    RépondreSupprimer